/ iOS8

iOS 8 et OSX Yosemite : nouveautés et fonctionnalités

iOS 8, OSX Yosemite : les frères siamois

Apple a annoncé le 2 juin lors de sa conférence WWDC 2014 une avalanche de nouveautés logicielles qui redonnent un second souffle aux usages de l’iPhone et du PC. Pas d’annonce en revanche sur les prochains matériels, mais peut-être n’est-ce plus nécessaire, les enjeux étant essentiellement logiciels…

Mavericks : largement adopté

C’est d’ailleurs sur ce point qu’attaque Tim Cook, président d’Apple. Il rappelle non sans délectation le flop de Windows 8 face à la dernière version d’OSX. Là où à peine 14% des utilisateurs Windows sont passés à la nouvelle version Window 8, la conversion des utilisateurs Apple à OSX Maverick a été massive, et, il tient à le souligner, historique : jamais Apple n’avait connu un tel engouement pour une mise à jour logicielle. 51% des utilisateurs se sont convertis à OSX Mavericks.

Taux de conversion à OSX Mavericks

Android : terriblement fragmenté

Tim Cook remue aussi le couteau dans la plaie d’Android en insistant sur deux points : la dernière version d’Android ne tourne que sur un minimum d’appareils (9%), et la majeure partie des mobiles Android fonctionnent avec une version vieille de quatre ans ! Autant dire que la sécurisation des données sur Android n’est plus qu’un mythe ! Tim Cook donne également une information intéressante : la conversion des utilisateurs Android vers iOS est importante. A l’opposé, l’adoption de la version 7 d’iOS a également été massive (89%). Tim Cook y voit une adhésion forte à la qualité d’iOS par ses utilisateurs. Certes, mais cela s’explique aussi par le processus simple et quasi-automatisé des mises à jour, quand sur Android la mise à jour est rendue très difficile, voire impossible à cause des sur-couches logicielles imposées par chaque constructeur.

baseInstalleeAndroidIos

La circulation des contenus, presque libérés !

Tout cela introduit bien le thème majeure de cette WWDC : l’intégration logicielle – appareil est la clé de la réussite d’Apple et toujours une promesse de succès pour les développeurs. C’est d’autant plus vrai que Tim Cook présente ensuite tout au long du Keynote une suite d’innovations logicielles majeures, allant dans le sens de l’intégration des appareils nomades à l’ordinateur de bureau et vice-versa. Je vous présente maintenant toutes les nouvelles fonctionnalités qui favorisent le passage du mobile, à la tablette jusqu’au portable, sans — presque — aucune contrainte.

Téléphone : dématérialisé !

Enfin, attendu depuis bien longtemps, la connexion Bluetooth le permettant théoriquement, l’iPhone partage sa capacité à utiliser le réseau voix depuis son Mac ou tablette. Le téléphone sonne ? Il est quelque part au fond du sac ? Pas de problème, le Mac signale l’appel et il est même possible de décrocher et de converser depuis son iMac ou son MacBook. Même efficacité pour le SMS, on le reçoit sur tous ses appareils, on l’utilise indifféremment depuis le Mac, l’iPad ou l’iPhone.

Enfin, l’iPhone partage simplement sa connexion 3G ou 4G et devient un hotspot personnel. Cette fonction était déjà possible mais réclamait des étapes de configuration pas toujours très simples. Apple semble ici promettre une mise en marche simplissime de la fonctionnalité.

La fonction dématérialise l’iPhone et simplifie enfin l’usage des appareils Apple. Plus la peine de les empiler tous au même endroit !

iOS-osx-phone

Handoff : le contenu que vous créez vous suit d’un appareil à l’autre !

mac_and_ios_handoff_iconVous éditez un document sur votre Mac. D’un seul coup, vous vous apercevez que vous devez partir en rendez-vous. Mince ! Vous auriez voulu embarquer votre document pour le présenter, ou pour poursuivre son édition dans le train… C’est maintenant possible. Si votre iPad n’est pas loin, les documents de la suite iWorks seront automatiquement mis à jour au fur et à mesure de leur édition, sans doute via Wifi. Vous pouvez ainsi reprendre votre travail exactement là où vous l’avez laissé, sans rien perdre. Handoff fonctionnera ainsi pour un certain nombre d’application Apple : Pages ( = Word), Numbers (= Excel), Keynote ( = Powerpoint) et bien sûr Mail. Concernant ce dernier, vous pouvez ainsi commencer à répondre à vos mails depuis l’iPhone et switcher sans délais sur votre Mac si l’édition réclame plus de confort.

Un design progressivement unifié

Le flat design de la dernière version iOS 7 sera enfin appliqué à Mac OSX Yosemite. Cette unification paraît logique. Pour la tester actuellement, cela ne modifie pour l’instant pas spécialement les habitudes de travail et de repérage. Disons que pour un utilisateur habitué à Mac, il s’agit plus d’une évolution que d’une révolution. L’unification va dans le sens d’une interface de plus en plus discrète et « pure », transparente, qui simplifie la lecture de l’écran en privilégiant le contenu en cours de lecture ou d’édition.

Safari, l’explorateur Web d’Apple, devient ainsi minimaliste en se débarrassant d’un maximum d’icônes et de barres d’outils ou d’état. Les fonctions sont néanmoins présentes mais elles apparaissent uniquement lorsqu’on en a besoin.

osx_design_hero

A noter qu’Apple propose deux modes de présentation des écrans. Un mode blanc, lumineux, que l’on connait déjà et un « dark mode », mode de présentation assombrie qui, dans un contexte d’utilisation intense et professionnel peut s’avérer particulièrement reposant pour les yeux.

Enfin, je note l’extension du centre de notification qui devient une tour de contrôle. Elle signale non seulement les derniers événements envoyés par vos applications (mails, twitter, etc…) mais elle permet à présent d’accéder à des fonctions personnalisées comme la calculette, la météo, un dictionnaire, bref, tout ce que les créateurs d’App pourront nous proposer. Cela rappelle un peu et en mieux (car plus correctement présenté et intégré) les widgets de Windows ou le menu droit masqué de Windows 8.

Apple a d’ailleurs dans l’ensemble été picoré chez les concurrents, qu’il semble pourtant mépriser et détester, pour y prendre les meilleures idées, tendances et efficaces. Personne ne s’en plaindra…