Je suis fasciné depuis toujours par les spectacles de mapping vidéo ou projection illusionniste, comme on dit au Québec. J'ai donc décidé de franchir le pas et de réaliser un mini-spectacle sur ma propre maison. Au travers de cette expérience, je vais découvrir une nouvelle technique, mais aussi une nouvelle façon de créer des histoires.

Choisir son projecteur vidéo.

A ma grande surprise, l'offre est pléthorique. Je pensais au contraire que le marché était atone, parce que dans les entreprises, les projecteurs vidéos sont progressivement remplacés par des écrans TV. Il n'en est rien selon les apparences. Le marché semble porté par

  • le home cinéma à la recherche de surface de 100 pouces, ou 2,5 mètres,
  • les projections en boutiques, restaurant,...
  • les spectacles de projection illusionniste, qui fleurissent dans toutes les communes de France, Europe, Monde,...
  • le VJ, DJ de l'image (j'en ai été un avec mon Amiga, il y a longtemps, et ça ne s'appelait pas comme ça : ça n'avait pas de nom !).

Les marques de projecteurs vidéos

Epson semble dominer le marché avec une gamme grand public et pro très complète. On voit aussi beaucoup de BenQ, et j'opte pour la troisième marque qui semble allier qualité et prix : Optoma.

J'ai acheté un projecteur Optoma X305ST à courte focale. Très bel objet, avec une foule d'options pour les réglages, et la capacité de projeter de la 3D de qualité (j'ai testé).

Le problème, c'est que pour remplir à 80% la surface de ma façade de 10 m sur 5m, il faut un recul qui me place quasiment sur la rue, avec les plantes, dont un arbre, devant le flux lumineux.

Après mûre réflexion, et parce qu'Amazon le permet, j'ai décidé de retourner l'appareil (il est en parfait état).

J'ai contacté une société de projection illusionniste Electroson Studio pour leur demander conseil. Ses créations sont parfaites, et je me suis dit qu'elle pourrait peut-être m'orienter par rapport à mes besoins.

L'intérêt de l'ultra courte focale, c'est qu'il ne lui faut que 30 à 50 cm pour projeter 2,50 m de diagonale. Je divise par deux la distance, et je devrais donc rester dans mon jardin pour faire la projection.

Sa réponse, au travers de son représentant Sébastien, m'oriente vers deux appareils à ultra courte focale : le EB-700U d'Epson (env. 3000 euros) et le GT5500+ d'Optoma (1200 euros).

Epson EB-700U
Optoma GT5500+

Evidemment, c'est une somme tant pour l'un que pour l'autre. J'ai quand même craqué pour l'Optoma GT5500+, parce qu'il est moins cher, même s'il double mon budget initial et que j'ai pu apprécié brièvement la qualité d'Optoma. Le modèle n'étant pas disponible chez Amazon, je l'ai acheté sur le site Son-Video, qui semble être un e-commerce sérieux, avec des boutiques en dur répartie en France, et un 9,4/10 sur FiaNet.

Je n'ai pas d'autres repères pour le choix de l'appareil : les fiches constructeurs sont assez illisibles. Par rapport à mon premier choix d'Optoma X305ST. Le GT5500+ propose donc :

  • une ultra courte focale
  • une meilleure résolution (1080 en natif)
  • une fréquence de balayage allant jusque 144 Hz au lieu de 120 Hz
  • une puissance lumineuse de 3600 lumens au lieu de 3000 lumens, ce que je trouvais déjà très puissant

J'attends à présent sa livraison. Pendant ce temps, je vais faire le tour des logiciels qui pourraient m'aider à réaliser ce mapping vidéo. On va voir cela dans le prochain billet.