Robert Kyncl, chief business officer de YouTube, a présenté au CES 2016 sa vision du marché de la vidéo digitale.

Cette présentation a levé beaucoup d’enthousiasme, car elle dresse un futur plutôt exaltant pour tous les créateurs vidéos, et les acteurs opportunistes, comme les marques et les entreprises.

Voici un résumé réalisé à partir de son keynote de 57 minutes.

Kyncl revient d’abord sur ses prédictions, lancées en 2012 au même CES… pour constater qu’elles se sont presque toutes réalisées !

Prédiction 1 : en 2020, 90% du trafic d’Internet sera dû à la vidéo : plus que possible !

Cisco prévoit toujours que 90% du trafic d’Internet sera vidéo en 2019, soit un an plus tôt.

Prédiction 2 : Michelle Phan deviendra une star du Net

La vlogueuse beauté est passée de 2 millions d’abonnés en 2012 à déjà 7 millions en 2015. Elle signe avec L’Oréal une ligne de cosmétiques, fait une apparition dans une pub pour Dr. Pepper et vient de lever 100 millions de dollars pour sa startup Ipsy.

Prédiction 3 : en 2020, 75 % de toutes les vidéos diffusées aux USA passeront par le Net

En 2015, regarder des vidéos, online ou par la TV, est la première activité média. Kyncl note même :

Il n’y a que deux choses qu’on fait plus que voir des vidéos, c’est dormir et travailler.

Ces heures passées devant un écran génèrent une économie de 200 milliards de dollars, dont l’essentiel provient des abonnements TV.

Mais selon la dernière étude de Nielsen, l’activité TV traditionnelle a connu son pic en 2009. Plus récemment, le nombre d’abonnements TV est en train de décroître : sur le dernier trimestre 2015, 600 000 abonnements ont ainsi été résiliés, ce qui marque un record dans l’industrie audiovisuelle.

Les Milenians bientôt sans TV ?

Dans le même temps, la vidéo numérique explose totalement, notamment auprès de la génération Millenians, qui regarde plus de vidéos en ligne qu’à la TV. Tout confondu, le total passé à regarder des vidéos en ligne représente déjà 1h15 mn par jour et croît de 25% par an.

Si ce rythme se maintient, en 2020, 60% de toutes les vidéos diffusées aux USA passeront par le Net. Cependant, Kyncl maintient sa prédiction parce que, selon lui, « la croissance du temps passé à regarder des videos en ligne n’est pas linéaire mais exponentielle« .

Kyncl présente alors ses quatre raisons qui feront de la vidéo le média de la décennie.

Premièrement, la vidéo est par nature un média mobile.

La dernière génération des téléphones portables est capable de lire et de filmer en très haute définition (4K). De Snapchat aux éditeurs de contenus comme le New York Times ont placé la vidéo au cœur de leur stratégie, accélérant ainsi la consommation de contenus vidéos.

Le smartphone devient ainsi le média privilégié pour regarder de la vidéo. Il en va de même sur YouTube, où 400 heures de vidéos sont partagées chaque minute.

Les 18-34 abandonnent progressivement la TV (-9%) au profit de la vidéo sur YouTube (+48%), avec la consultation sur téléphone portable comme premier support.

Le temps passé à regarder de la vidéo sur smartphone est désormais de 40 minutes, soit une croissance de 50% par an.

Motivation ultime pour préférer la vidéo sur mobile : la liberté de choisir son contenu préféré, sans négocier avec son entourage. Kyncl explique ainsi que “les enfants peuvent aller dans leur chambre et regarder les émissions et les stars qu’ils aiment”. Ce qui a eu pour effet de bousculer totalement les classements des émissions les plus populaires : chez les collégiens, les acteurs et les musiciens sont détrônés par les YouTubers !

Deuxièmement, la diversité est l’argument massue pour une explosion de la vidéo

Pour Kyncl, “YouTube est devenu la plus grosse bibliothèque du monde”. Les gens partageront de moins en moins de contenus communs, car la diversité des contenus vidéos en ligne permet de se constituer une liste de contenus ultra personnalisée.

Kyncl insiste alors sur le fait de YouTube devient indépassable, car il propose plus que tous les contenus qu’une chaine de sports, une chaine de musique, une chaine d’information réunies pourraient proposer.

Nous avons vraiment des contenus sur tous les sujets imaginables”, explique-t-il, « des genres nouveaux sont nés, du vlogging, aux vidéos de maquillage, aux vidéos de jeux vidéos jusqu’aux vidéos en direct”.

Pour valoriser ces contenus, et y donner accès dans les meilleures conditions, YouTube lance un service d’abonnement qui débarrasse le spectateur de la publicité, et qui lui offre un accès à YouTube Music, un service qui lui permet d’écouter toutes sortes de musiques, et qui est capable de lui suggérer des clips musicaux proches de ses goûts.

Troisièmement, la vidéo est devenue inséparable de la musique.

Tous les adolescents passent par YouTube pour écouter / voir leur musique. Véritable juke-box infini, la musique sous forme de vidéo en ligne est devenue un phénomène. Kyncl prend pour exemple Adèle, qui a dépassé le milliard de vues en quelques semaines, et Silento, qui frôle les 500 millions de vues, sans disposer de la force marketing d’Adèle.

Kyncl insiste aussi sur le fait que la diffusion de clips musicaux sur YouTube paie, à la différence de la radio ou de la TV. YouTube a ainsi reversé 3 milliards de dollars à l’industrie du disque en 2015.

Quatrièmement, la vidéo en ligne propose une expérience bien plus immersive et interactive que la TV.

Kyncl évoque alors l’apparition de la vidéo 360° et de la vidéo en 3D, qui disposeront prochainement de tout ce qui est nécessaire pour être le devenir de la vidéo numérique. “Vous avez besoin de quatre choses pour que la VR (réalité virtuelle, terme employé aujourd’hui pour regrouper la video 360° et la vidéo en 3D) soit un succès. Vous devez disposer d’une caméra capable de capturer la réalité en 3D et en 360°, vous avez besoin de storyteller (réalisateur) capable de créer un contenu adapté à cette technologie, vous avez besoin d’un matériel pour que votre audience ait accès à vos contenus, et vous avez besoin d’une plateforme sur laquelle le contenu prendra vie. Nous sommes présents sur chacun de ces aspects.

En effet, YouTube et GoPro ont mis au point une caméra 3D révolutionnaire capable de filmer en 360° et en 3D, basée sur 16 GoPro associées. La technologie de YouTube permettrait d’associer automatiquement les 16 flux vidéos capturés automatiquement, ce qui n’est pas possible avec les autres solutions du marché.

Ensuite, YouTube met entre les mains des YouTubers ces caméras (et les techniciens qui vont avec) au sein de ces YouTube Spaces, qui sont des studios de production mis gracieusement au service des YouTubers influents.

Par ailleurs, YouTube propose la fameuse Cardboard, un modèle de lunettes VR dont le coût n’excède par 15 euros. Un million de ces Cardboards ont été offertes aux abonnés du New York Times pour qu’ils découvrent le documentaire en Réalité Virtuelle appelé “The Displaced”.

Enfin, YouTube se positionne comme plateforme capable de diffuser les contenus VR (vidéos 3D, ou 360°). Prochainement, la compatibilité limitée sera levée, et Kyncl annonce que les utilisateurs de matériels iOS (iPhone, iPad et tvOS), pourront profiter de l’expérience en VR.

Kyncl clot son keynote en rappelant l’importance de la musique et de la nature mobile de la vidéo, deux points qui justifient à coup sûr sa prédiction de 2012, qu’il renouvèle sans crainte en 2016.

Rendez-vous donc en 2020…

Et vous, qu’en pensez-vous ? La vidéo est-elle le média vainqueur de la décennie ? Mort du texte ? Hégémonie de la vidéo 360° ?