/ marketing video

Video virale : 6 mythes à briser

Tout le monde en rêve : que la vidéo de sa marque devienne virale. Arrêtons tout de suite les illusions, il n’y a pas de raisons objectives qui expliquent le succès viral d’une vidéo.

![​ Dr. Karen Nelson-Field​](http://fredericpierron.com/wp-content/uploads/​-Dr.-Karen-Nelson-Field​-180x180.jpg)
​ Dr. Karen Nelson-Field​
Karen Nelson-Field, chercheuse en marketing de l’institut Ehrenberg-Bass le confirme. Elle a analysé un large panel d’environ 1000 vidéos dites virales pour essayer de déterminer quels sont les points communs entre toutes les vidéos partagées avec succès.

Le résultat de son étude brise davantage les idées reçues qu’ils ne délivrent de véritables recettes. D’ailleurs, recette il n’y a pas. Le seul point commun est le fort degré émotionnel des vidéos partagées.

L’étude a classé les vidéos en 4 catégories : très négatives, moyennement négatives, moyennement positives, très positives. Le résultat est sans appel : les vidéos les plus partagées sont majoritairement les plus positives, même si quelques « très négatives » ont également réussi à franchir le rubicon.
Dans tous les cas, l’étude brise six mythes, que le réseau publicitaire américain Unruly confirme aussi.

1/ Bébés, animaux et danse forment le tiercé gagnant de la viralité

Les animaux et la danse ne sont pas plus partagés que les autres thèmes. Certes les bébés sont porteurs mais seulement dans des situations d’émotions intenses. On note que les vidéos qui fonctionnent mettent en scène un succès personnel. Si la pub Evian a réussi, elle sera donc peut-être la seule de son espèce.

2/ La marque doit se montrer discrète

Faux, la marque doit avant tout se montrer sincère, telle qu’elle est. Inutile de cacher la marque, de ne pas l’afficher comme porteuse de la vidéo et de son contenu. L’une des vidéos les plus virales a été le « la vidéo cachée de Pepsi Max, test drive ». La marque est clairement sponsor de la farce. Elle s’affiche au contraire comme étant clairement l’apporteur du contenu tout au long de la vidéo avec un placement produit ostensible et un outro confirmant la marque comme sponsor.

3/ La vidéo doit être surtout hilarante

Arrêtez d’essayer d’être drôle est le message que le principal réseau de diffusion Unruly essaie de communiquer aux marques. Selon une étude approfondie de son département d’étude, il n’y a rien de pire que la mauvaise blague, l’humour mal partagée. Etre drôle, c’est prendre un risque de se séparer d’une grande part de son audience.

[av_promobox button=’yes’ label=’Contactez-moi’ link=’page,300′ link_target= » color=’theme-color’ custom_bg=’#444444′ custom_font=’#ffffff’ size=’large’ icon_select=’no’ icon=’ue800′ font=’entypo-fontello’]
Vous souhaitez mettre en place une stratégie vidéo marketing ? Cela me passionne ! Je vous propose de nous rencontrer.
[/av_promobox]

4/ La présence d’un VIP garantit le partage

C’est surtout la garantie de dépenser de l’argent pour pas grand chose. La présence d’une star n’est pas une garantie. Le réseau américain unruly note que les trois meilleurs vidéos du Super Bowl 2014 ne compte pas de vedettes.
Seulement 13% du top 100 des vidéos les plus partagées de tous les temps dénombre une VIP.

5/ Les vidéos doivent être très courtes pour être partagées

« Faux », s’insurge la chercheuse Karen Nelson-Field , la moyenne des vidéos partagées est de 3 mn. L’une des vidéos les plus partagées au monde, qui présentait la GoPro Hero3+ dure… 5 minutes pour 35 millions de vues ! Magistral (à écouter au casque car le mixage son est brillant).

6/ Seules les grandes marques peuvent réussir

Faux, encore. Parce que personne n’a la recette. On sait assurément que ce n’est pas une question de budget, mais plus de mise en phase du contenu à l’audience. Ok, Red Bull a presque envoyé Felix Baumgartner mais c’est surtout l’épopée, le mythe, l’histoire qui importait.
37 millions de vues pour la vidéo de Red bull…

Mais 16 millions pour cette vidéos d’un club de vente de rasoirs : Mais aussi 11 millions de vues pour la fédération belge du secteur financier. Bref, le contenu, l’histoire narrée, l’intensité émotionnelle qui s’y attache,  le moment de la réception, sans compter l’écosystème au moment de la diffusion, l’attention des leaders d’opinion qui relaient ou non,… les facteurs sont si nombreux qu’on sait parfaitement ce qui n’explique pas la viralité d’une vidéo, mais que l’on est, à ce jour, incapable d’expliquer le pourquoi du comment du succès.

Discutons… video virale

Quelle vidéo virale vous a le plus marqué ? Comment expliquez-vous son succès ? Croyez-vous que l’on puisse un jour prédire la viralité d’une vidéo ?